4 films qui ont inspiré The Weeknd pour After Hours

Alors que le nom de scène de Abel Tesfaye est sur toutes les lèvres depuis quelques jours, son dernier album After Hours se révèle peu à peu comme l’un de ses projets les plus aboutis. Outre la direction artistique novatrice ayant permis d’envoyer un morceau synthwave en haut du Hot 100 Billboard, l’imagerie est, une fois de plus, très travaillée. The Weeknd est passé d’une pop-star désabusée à un super-héro nocturne pour enfin arriver au personnage de After Hours : un psychopathe jokerisé et drogué. Malgré un Abel beaucoup plus expressif en 2020, sa capacité à revêtir à nouveau un costume et une attitude différente brouille encore plus les pistes sur sa véritable personnalité.

Anton Tammi est le prodige ayant réalisé les 4 clips ayant pour chronologie temporelle : Heartless, Blinding Lights, After Hours (court-métrage introduisant le single du même nom) et In Your Eyes. A noter également le live surréaliste du Late Show, qui n’est pas un simple live télé mais qui s’inscrit dans le scénario, entre Blinding Lights et After Hours. A cela s’ajoute le clip de Until I Bleed Out, réalisé par l’équipe de XO Records, qui arrive en dernier. Au court des cinq chapitres, on assiste à la descente aux enfers d’un riche excentrique et incontrôlable, laissant ses émotions les plus sombres le galvaniser au cours d’une soirée qui tourne au désastre. Tel un adolescent inconscient de ses limites, The Weeknd se retrouve pratiquement seul dans une ville beaucoup trop froide pour une personne aussi déchaînée. Une telle identité visuelle n’est pas sans rappeler certaines références cinématographiques, beaucoup des aspects de After Hours évoquent certains films que nous allons lister ci-dessous :

 

After Hours – Martin Scorcese (1985)

Le nouvel album de The Weeknd prend comme titre un film de Martin Scorcese. Le personnage principal, Paul, incarné par Griffin Dunne, partait rejoindre une fille qu’il a rencontré plus tôt dans la soirée, mais celui-ci va se retrouver face à une série d’ennuis qui vont rapidement transformer sa soirée en calvaire. Essayant tant bien que mal de rentrer chez lui après un rendez-vous raté, Paul se retrouve mêlé contre son gré à de multiples histoires à tiroirs le mettant en danger, son aventure durera toute la nuit. Cette histoire évoque évidemment l’épopée du personnage de Abel dans ses derniers clips, commençant par une simple soirée au casino pour finir par devenir fou au point d’en avoir des envies meurtrières. Bien qu’il s’agisse d’une comédie, le film de Scorcese et l’histoire de The Weeknd se rejoignent par leur ambiance nocturne oppressante.

 

Las Vegas Parano – Terry Gilliam (1998)

Le clip de Heartless est une référence directe à la scène du casino dans Las Vegas Parano. Comme dans le film de Terry Gilliam, The Weeknd arrive avec son partenaire de crime dans l’optique de passer une longue soirée sous les effets de l’alcool mais surtout de stupéfiants. Johnny Depp et Benicio Del Toro attirent l’attention sur eux-mêmes dans cette scène culte, en titubant et en hallucinant. The Weeknd reproduit cette attitude en dansant seul dans son casino. Au niveau visuel, les néons et ampoules à profusion saturent l’écran de couleurs rouges et jaunes, librement empruntées pour recréer une ambiance artificielle, presque écœurante, dans Heartless. D’ailleurs, le bad trip forcera Abel à fuir de panique de ce lieu effrayant, et comme dans Las Vegas Parano, le personnage finira par perdre son compère en route (Gonzo, le personnage de Benicio Del Toro s’éclipse de Las Vegas au matin pour retourner à Los Angeles).

 

Enter The Void – Gaspar Noé (2010)

Dans un esprit beaucoup moins comique, le chef-d’oeuvre du réalisateur français Gaspar Noé, Enter The Void, est une référence en terme de visuel. L’ambiance “néons et drogue” de After Hours, mais surtout la descente aux enfers illustrée dans ce projet, évoque beaucoup la réalisation oppressante et torturée de Gaspar Noé sur son troisième long-métrage. Le film est bourré d’effets surréalistes et abstraits, comme dans le clip de Heartless avec cette fameuse modélisation en 3D d’une plante que The Weeknd voit après avoir léché le dos d’une grenouille.

The Weeknd a d’ailleurs cité Enter The Void comme l’un des films qui l’a le plus inspiré déjà à l’époque de son album Kiss Land.

 

 

Escape From L.A. – John Carpenter (1996)

Dans ce film d’action réalisé par John Carpenter, suite du film New York 1997, Los Angeles est représentée comme une ville habitée uniquement par des voyous exclus de la société américaine. The Weeknd parle lui-même de cette ville comme un endroit qu’il veut quitter à tous prix, qui ne lui procure aucun plaisir sur le morceau éponyme Escape From L.A., mais qui est en même temps le seul endroit qui lui est familier. Par bien des manières dont Abel décrit Los Angeles, il semblerait qu’elle lui procure comme l’effet d’une drogue qu’il serait bon de quitter à jamais.

Il est amusant de noter que ce même morceau contient des références lyriques à deux films mettant en scène Keanu Reeves : Speed et Constantine. C’est dans ce dernier que l’on peut voir l’acteur américain armé d’une croix chrétienne, comme sur le précédent album de The Weeknd, Starboy, notamment dans le clip du même nom.